top of page
  • Stéphanie Grimaud

Retrouver des nuits réparatrices avec la sophrologie

Indispensable pour pouvoir se régénérer physiquement, émotionnellement et intellectuellement, la qualité de nos nuits impactent nos journées.

Parfois la moindre contrariété, un changement inopiné ou un nombre important de choses à faire, peuvent perturber notre sommeil. Le mécanisme d'endormissement s'enraye, et c'est parti pour les ruminations.

Se remettre à l'écoute de son corps peut aider à retrouver l'apaisement et se préparer à entrer dans les bras de Morphée.



Le sommeil c'est du lâcher-prise corps/mental :

Le corps avec le relâchement musculaire, le mental avec l'abandon au sommeil en lâchant les résistances.


Se poser.

Le temps de se poser est à prendre, alors que la technologie nous en éloigne (téléphone, télévision, tablette, ordinateur…). Adopter par moment une "déconnecte attitude" va permettre de se connecter à l'outil le plus précieux puisqu'il nous est confié pour la vie : notre corps. Se connecter par moment à notre corps, permet de conserver l'équilibre pour évoluer dans une société connectée.

C'est se poser quelques instants, ce qui est facile à faire très souvent, un peu, avec juste une posture, un geste ou des paupières qui se ferment : la prise de conscience des points d'appui, de notre respiration, un mouvement ou un sens plus activé. Ces moments suspendus, vécus plusieurs fois par jour, permettent de mieux vivre l'agitation de la journée. Moins tendu le soir, on aborde le sommeil avec moins de résistance.

Prendre le temps de se poser permet de s'écouter.


S'écouter.

Vivre son corps, c'est notamment percevoir ses messages, en restant bienveillant envers lui sans aller au-delà de ses limites. Beaucoup de personnes disent "faire avec" en ce qui concerne les difficultés de sommeil. Cela devient une habitude qui les éloigne de l'écoute des signaux que le corps envoie. Et pourtant, certains symptômes doivent alerter. Ils peuvent être les signes d'une pathologie du sommeil ( apnée du sommeil, syndrome des jambes sans repos ou hypersomnie), il est important de consulter les professionnels de santé.


Optimiser les possibles.

Prendre conscience des possibles va amener à ne plus faire avec. Des moments "obligés" peuvent être investis différemment, avec comme intention de ne pas lutter quand c'est inutile. Changer de point de vue en repérant les situations, les mots ou les pensées qui expriment le "trop", permet d'accueillir (accepter ce que l'on ne peut changer) pour ne pas subir :

- trop long de faire la queue au supermarché ? Profiter plutôt d'un moment de pause-détente pour souffler, regarder autour de soi avec un regard neuf, rencontrer les autres. Prendre conscience de notre verticalité pour s'ancrer, en se servant de la gravitation terrestre pour lâcher les épaules, les mâchoires;

- trop stressant d'être bloqué dans un embouteillage ? Prendre conscience de ses points d'appui pour se caler, souffler ou chanter pour évacuer le trop.

- trop mal au dos après deux heures devant l'ordinateur ? se positionner au fond du siège, les pieds à plat, en lâchant les épaules et souffler longuement pour se poser, se déposer quelques instants pour soi.

La répétition de ces cours moments optimisés de présence à soi, va permettre de se ressourcer sans perdre de temps, d'alléger du trop plein de tension au fur et à mesure de la journée. Le soir, il sera plus facile de ralentir le rythme, d'opposer moins de résistance pour basculer dans le sommeil.


Respirer.

Pratiquée le soir pour s'endormir, la respiration abdominale va améliorer la latence d'endormissement. Cette respiration du lâcher-prise aide à l'endormissement et améliore la qualité de son sommeil et son maintien. Pendant le sommeil, la respiration est automatique et, si l'on veut rester à ce niveau respiratoire, elle est à vivre en conscience plusieurs fois dans la journée. Comme un rappel qui ancre et la rend possible naturellement au bon moment. Ce conditionnement est fondamental. C'est la raison pour laquelle, après chaque pratique proposée, l'accueil des sensations est essentiel : chaud ou froid, confortable ou inconfortable, pesant ou léger, perception de relâchement, de présence... Cette prise de conscience des phénomènes de l'instant va permettre à chaque fois de réactiver du connu, qui sera reconnu


Entrainement sophrologique.

L'entraînement est donc la clé du résultat, et plus les techniques sont vécues et éprouvées, plus elles sont efficaces. La sophrologie est à vivre tout au long de la journée, et mieux vaut pratiquer un peu souvent, que beaucoup peu souvent.


Comments


bottom of page